Comment lire une étiquette ?

L'étiquette des produits Yacco donne de nombreuses informations concernant le type et la qualité du lubrifiant.

L'une des premières informations donnée sur une étiquette Yacco est le grade de viscosité. Pour une huile moteur, celui-ci est exprimé selon la norme SAE J300 qui se décompose comme suit :

  • un grade « hiver » allant de 0W à 25W définissant la viscosité du produit Yacco à basse température. Plus l'huile présente un grade « Hiver » bas (0W ou 5W par exemple), plus le démarrage sera facilité et plus on réduira l'usure moteur pendant cette phase,
  • un grade « été » allant de 16 à 60 caractérisant la viscosité du lubrifiant une fois le moteur en température. Les grades fluides des produits Yacco présenteront une tendance à l'économie de carburant tandis que les grades visqueux favoriseront la protection du moteur (Veillez à respecter les préconisations du constructeur).

Pour une huile de transmission Yacco, la viscosité est exprimée selon la norme SAE J306 qui se décompose de la même manière :

  • un grade « hiver » allant de 70W à 85W,
  • un grade « été » allant de 80 à 250.

Pour les huiles industrielles Yacco, la viscosité est exprimée en grade « ISO VG », qui correspond à la viscosité de l'huile à 40°C, exprimée en centistokes (cSt).

Les huiles moteur sont ensuite généralement classées selon leurs grade ACEA (Association des Constructeurs Européens d'Automobiles) qui sont divisés en différentes catégories :

  • les classes A/B et C concernent les motorisations essence et diesel des voitures et des utilitaires légers,
  • depuis 2004 toutes les huiles doivent être mixtes : classes A/B et C (A l'origine la classe A était pour les moteurs essence et la classe B est pour les moteurs Diesel),
  • la classe C introduite en 2004 est spécialement adaptée aux motorisations essence et diesel les plus récentes respectant les normes de dépollution « Euro » les plus sévères et notamment préconisées sur la plupart des véhicules équipés d’un Filtre à Particules,
  • la classe E correspond aux moteurs diesel utilisés dans les secteurs du transport, agriculture, travaux publics, etc.

Le chiffre présent derrière la lettre définit un niveau de performance. Actuellement, il existent 4 classes A/B, 4 classes C et 4 classes E :

  • A1/B1 : lubrifiant typé « Fuel-Economy » pour moteurs essence et Diesel,
  • A5/B5 : lubrifiant typé « Fuel-Economy » pour moteurs essence, Diesel et Diesel injection directe,
  • A3/B3 : lubrifiant pour moteurs essence et diesel,
  • A3/B4 : lubrifiant pour moteurs essence, Diesel et Diesel à injection directe,
  • C1 : lubrifiant LOW-SAPS typé « Fuel-Economy »,
  • C2 : lubrifiant MID-SAPS type « Fuel-Economy »,
  • C3 : lubrifiant MID-SAPS,
  • C4 : lubrifiant LOW-SAPS,
  • E6 : lubrifiant pour véhicule équipé de FAP ou non fonctionnant dans des conditions très sévères et/ou avec de longs intervalles, particulièrement recommandé pour moteurs EURO VI, EURO V ou TIER 4,
  • E9 : lubrifiant pour véhicule équipé ou non de FAP fonctionnant dans des conditions très sévères et particulièrement recommandé pour les moteurs EURO VI, EURO V ou TIER 4,
  • E4 : lubrifiant pour véhicule sans FAP fonctionnant dans des conditions très sévères et/ou avec de longs intervalles entre les vidanges,
  • E7 : lubrifiant pour véhicule sans FAP fonctionnant dans des conditions sévères.

Les normes API (American Petroleum Institute) sont les plus anciennes mais sont peu utilisées en Europe pour les voitures, utilitaires légers et camions. On les retrouve plus souvent dans le domaine de l'agriculture et des travaux publics. Elles sont divisées en deux catégories : « S » pour les véhicules essence et « C » pour les véhicules diesel. Plus les lettres derrière le S et le C sont loin dans l'alphabet, plus la spécification est récente.

De plus en plus souvent, le constructeur ne fait pas référence à l'ACEA ou à l'API mais exige l'emploi d'un lubrifiant répondant à sa propre spécification ou d'un lubrifiant homologué par ses services techniques.

Généralement les spécifications constructeur reprennent des essais de l'ACEA et de l'API auxquels le constructeur y a ajouté ses propres exigences en terme d'essais laboratoire et/ou d'essais sur banc moteur.

Pour les huiles de transmission Yacco, la principale nomenclature est celle mise en place par l'API avec les grades GL :

  • GL-3 : huile de transmission avec un niveau intermédiaire d'extrême pression,
  • GL-4 : huile de transmission à haut niveau d'extrême pression,
  • GL-5 : huile de transmission à très haut niveau d'extrême pression (peut être corrosif pour les matériels demandant un niveau GL-4).